25 septembre, 2021

Il faut fixer une priorité qui est de décarboner !

A l’aube de la Présidence française de l’Union Européenne, j’alertais le Gouvernement, cette après-midi au Sénat, sur le fait qu’il est primordial de convaincre nos partenaires que, dans une situation d’extrême urgence où la transition énergétique est un devoir absolu, il faut pousser la priorité à décarboner plutôt qu’à verdir avec des modes qui sont aussi aléatoires qu’intermittents et qui appellent, pour cette raison, à la consommation de gaz.

Lire plus

Réaction de M. Gérard LONGUET à la suite de l’annulation du contrat de vente de sous-marins avec l’Australie

Gérard LONGUET au Sénat
© Permanence Parlementaire

« La rupture du contrat qui liait la France et l’Australie à un seul mérite : nous ouvrir les yeux sur le nouvel ordre international ou règne la règle du chacun pour soi et les États-Unis d’abord…pour leur intérêt.

Vendre des sous-marins nucléaires est un péril absolu pour la paix dans le monde et un précédent que la Russie et la Chine ne manqueront pas d’exploiter.

Équiper l’Australie de SNA est une façon de désigner le prochain lieu d’un éventuel conflit mondial entre les États-Unis et la Chine.

L’alliance atlantique est une aimable plaisanterie, ce que devrait méditer les européens qui croient encore pouvoir se passer d’une défense européenne.

Je demande au Président Macron, à la veille de la Présidence Française de l’Union Européenne au 01/01/22, de prendre position et de demander une réunion du Conseil Européen immédiate. »

Gérard LONGUET, Ancien Ministre de la Défense

Lire plus

« J’ai toujours soutenu, dans mon département, les éoliennes lorsqu’elles étaient acceptés par l’opinion. »

J’assistais, hier soir, à la séance nocturne du Sénat lors de laquelle nous débâtions sur Projet de loi Différenciation, décentralisation, déconcentration et simplification.

J’y ai soutenu l’amendement déposé par mon collègue, le Sénateur de la Sarthe Louis-Jean de NICOLAY. Celui-ci propose de permettre aux régions, mieux placées que l’État pour comprendre la situation de leurs habitants, d’augmenter ou de redéfinir la distance minimale entre les éoliennes terrestres et les habitations.

« J’ai toujours soutenu, dans mon département, les éoliennes lorsqu’elles étaient acceptés par l’opinion et j’appartiens à la Région Grand Est qui a une vision globale de l’énergie qui joue à la fois le nucléaire mais qui joue également le renouvelable issu de la biomasse ou le renouvelable issu de l’éolien. »

Lire plus

Les élections Départementales et Régionales en Meuse

Un Conseil Départemental de la Meuse renouvelé

Les 20 et 27 juin dernier, les électeurs étaient invités à renouveler les Conseillers Départementaux.

Je tiens à féliciter l’ensemble des candidats élus pour les six prochaines années et je leur souhaite un mandat studieux et passionnant au service des meusiens.

Pour rappel, voici la composition de la nouvelle Assemblée Départementale meusienne :

CantonsBinômes élus
AncervilleJean-Louis CANOVA
Hélène SIGOT-LEMOINE
Bar-le-Duc 1Benoît DEJAIFFE
Charline SINGLER
Bar-le-Duc 2Gérard ABBAS
Martine JOLY
Belleville-sur-MeuseJulien DIDRY
Marie-Paule SOUBRIER
BoulignyJocelyne ANTOINE
Benoit WATRIN
Clermont-en-ArgonneJean-François LAMORLETTE
Arlette PALANSON
CommercyDanielle COMBE
Jean-Philippe VAUTRIN
Dieue-sur-MeuseSerge NAHANT
Frédérique SERRÉ
EtainJérôme STEIN
Marie-Astrid STRAUSS
Ligny-en-BarroisRémy BOUR
Isabelle PERIN
MontmédyDominique AARNINK-GÉMINEL
Pierre-Emmanuel FOCKS
Revigny-sur-OrnainPierre BURGAIN
Isabelle JOCHYMSKI
Saint-MihielSylvain DENOYELLE
Marie-Christine TONNER
StenayStéphane PERRIN
Valérie WOITIER
VaucouleursFrancis FAVÉ
Sylvie ROCHON
Verdun 1Dominique GRETZ
Samuel HAZARD
Verdun 2Jérôme DUMONT
Véronique PHILIPPE

Un Conseil Régional du Grand Est renouvelé

Les 20 et 27 juin dernier, les habitants du Grand Est ont aussi été invités à renouveler les Conseiller Régionaux de notre grande région.

Je tiens à féliciter Jean ROTTNER et l’ensemble de ses colistiers pour leur victoire, ils remportent 94 sièges sur 169.

Durant les six années à venir, ce sont six les élus meusiens suivants qui siègeront au Conseil Régional :

  • Philippe MANGIN (Liste de Jean ROTTNER – Les Républicains)
  • Atissar HIBOUR (Liste de Jean ROTTNER – Les Républicains)
  • Franck MENONVILLE (Liste de Jean ROTTNER – Les Républicains)
  • Laëtitia HURLAIN (Liste de Jean ROTTNER – Les Républicains)
  • Marc MAILFAIT (Liste de Laurent JACOBELLI – Rassemblement National)
  • Jessica LEROY (Liste d’Éliane ROMANI – Union de la Gauche et des Écologistes) 
Lire plus

Rapport d’information au nom de la commission des finances du Sénat sur l’attractivité du métier d’enseignant en mathématiques

En tant que Rapporteur spécial au Sénat de la Mission « Enseignement Scolaire », j’ai présenté un rapport auprès de la Commission des Finances mercredi 16 juin.Ce rapport met en évidence la perte d’attractivité du métier d’enseignant en mathématiques en France. En effet, cette vocation semble en réelle perte de vitesse sur le territoire national.

En cause ? Des salaires trop faibles (comparés au secteur privé et à ceux des enseignants des autres pays européens) et des méthodes d’enseignement qui peinent à se moderniser.

Les conséquences de ce phénomène sont une baisse du niveau des enseignants et des élèves dans les derniers classements européens.Les recommandations proposées dans ce rapport sont une revalorisation des salaires des enseignants, une formation continue plus effective et la promotion des études de mathématiques.

Retrouvez mon rapport et mes recommandations en cliquant ici.

————

Lire plus

« Monsieur le Premier Ministre, pourquoi voulez-vous détruire la fonction de préfet ? »

Lors des traditionnelles Questions au Gouvernement, au Sénat, je viens d’interroger le Premier Ministre Jean Castex sur la réforme de la Haute fonction publique et le rôle des Préfets : « Votre initiative est destructrice d’un des piliers de la République sur le terrain. On ne gère pas l’ordre public comme un exposé de sciences politiques. »

Questions au Gouvernement du 02/06/2021 au Sénat
Lire plus

Le Sénat remanie le Projet de loi visant à renforcer les principes de la République

« En direct du Sénat… »
Comme vous le savez, le Sénat a voté une version très remaniée du projet de loi visant à renforcer les principes de la République. Vous trouverez ci-dessous un explicatif détaillé de ces modifications qui provient de mon groupe parlementaire au Sénat, Les Républicains. 


Le Sénat vient de voter un projet de loi visant à renforcer les principes de la République largement remanié.

Gérald Darmanin avait lui-même regretté le manque d’ambition du texte. « J’aurais moi aussi aimé que le projet de loi soit plus ambitieux. L’urbanisme, la politique de peuplement, l’éducation, l’immigration et l’intégration jouent un rôle considérable. » déclarait-il le 22 mars dernier dans le journal L’Opinion.

Le Sénat s’est donc attaché à lui donner l’ambition qu’Emmanuel Macron et ses ministres n’affichent trop souvent que dans les mots.

Même si les sénateurs ont été contraints par le périmètre restrictif donné par le Gouvernement à la loi – puisque ce dernier a refusé d’inclure dans son texte les questions d’immigration et d’assimilation qui sont pourtant au cœur de la lutte contre le séparatisme – la majorité sénatoriale a renforcé certaines mesures présentées par le Gouvernement et votées par l’Assemblée Nationale et complété le texte afin de le munir de dispositifs utiles et efficaces pour lutter contre l’islamisme.

Les sénateurs ont ainsi, entre autre, voté l’interdiction du port du voile pour les petites filles ou pour les accompagnatrices scolaires et pour l’interdiction du burkini dans les piscines. Ils ont aussi imposé la neutralité religieuse lors des compétitions sportives nationales et empêché la présentation de listes communautaires lors des élections ou pour les associations étudiantes à l’université.

Le Sénat a également interdit les prières dans les couloirs des universités et permis la dissolution d’associations qui conditionnent la participation d’une personne à une réunion en raison de sa couleur de peau ou de son origine. D’autre part, le Sénat a pris garde de ne pas pénaliser les parents qui décident d’instruire leurs enfants en familles en garantissant la liberté d’enseigner tout en renforçant les contrôles. Les sénateurs ont par ailleurs voté la suspension, dans un cadre bien établi, des allocations familiales pour lutter contre l’absentéisme scolaire.

La lutte contre le séparatisme islamiste ne peut se payer de mots. La balle est aujourd’hui dans le camp du Gouvernement.

Ce texte sera un révélateur : soit Gérald Darmanin reprendra les dispositifs votés par le Sénat et dotera notre pays d’un texte utile pour combattre le séparatisme, soit ce texte restera très insuffisant pour lutter contre le radicalisme islamiste.  
Lire plus

Décès de Monsieur Jean FRIESS

Jean FRIESS

Je suis d’une très grande tristesse, parce que c’était devenu au fil du temps un ami personnel, avec qui j’ai encore déjeuné en tête à tête dans son usine à Clermont-en-Argonne le 16 mars, le jour même du Comité de haut niveau que j’avais suivi du conseil départemental.

Il était complètement opérationnel intellectuellement et pour un homme de son âge il avait belle allure, très soigné comme toujours. Un seigneur. On a justement parlé de son implantation à Clermont-en-Argonne.

Au début des années 60, il était chef de l’équipe d’entretien à PAM SA à Foug et un de ses cousins lui a dit : « on va monter une activité parce qu’il y a une très forte demande de petites machines outils, et nous avons les licences pour les fabriquer ». Il a dit d’accord, mais sa mère était un peu inquiète parce qu’il avait une bonne situation à PAM SA.

Pour ma part, j’ai connu Jean Friess au moment de la première crise sidérurgique en 1979 et le gouvernement de Raymond Barre avait mobilisé le groupe Dassault pour faire de l’emploi industriel en électronique en Lorraine.

Quand je suis devenu président de la région Lorraine en 1992, il m’a conseillé d’équiper en machines outils numériques les lycées professionnels. Il a assuré ainsi la formation de milliers de professeurs venus de toute la France, tous passés par l’usine de Clermont-en-Argonne.

Enfin pour la venue de Safran à Commercy, il a eu bien sûr un rôle essentiel.

Lire plus

Imposer le débat sur une faiblesse française.

De bon cœur, j’ai cosigné la tribune rédigée par mon collègue socialiste André Vallini. A la demande du Président Sarkozy et sous l’autorité d’Édouard Balladur, nous avions travaillé ensemble sur l’organisation des collectivités locales et je sais son sens des réalités. Personnellement, je n’aurais pas écrit exactement la même tribune. Mais il a le courage de poser ainsi la question de l’équilibre des pouvoirs constitutionnels depuis l’adoption du quinquennat et le calendrier des élections législatives, en 2002.

L’équilibre, imaginé à l’origine par Michel Debré, tenant d’un parlementarisme « rationalisé », puis accepté par le Général De Gaulle et le Comité Constitutionnel à l’été 1958, enfin ratifié par le référendum d’octobre de la même année, avait certes été modifié par l’élection au Suffrage Universel du Président, votée le 28 octobre 1962.

Mais cette constitution a manifesté souplesse et résistance. Les dissolutions, tout comme les cohabitations diverses (1986,-1988, 1993-1995, mais aussi de 1978 à 1981 entre UDF et RPR) n’ont jamais empêché la France d’être gouvernée. En pratique, les partis politiques se chargeaient principalement des législatives. Pour les Présidentielles, des personnalités plus indépendantes émergeaient. Au Centre, Lecanuet en 1965 ou Poher en 1969 n’avaient pas le soutien des partis principaux, pas plus que Valéry Giscard d’Estaing en 1974. A Gauche, Jean-Pierre Chevènement et naturellement Emmanuel Macron étaient tout aussi libres.

En cas de conflit ouvert entre les deux pouvoirs, les dissolutions permirent aux Présidents concernés d’en appeler aux électeurs : 1962, 1968, 1981 ou 1988.

De plus, le référendum, si le Président s’engage lui-même (1962 et 1969), participe à la solution du conflit.

En apparence, depuis 2002, tout est simple et cohérent, ni cohabitation, ni conflit : le Président élu pour cinq ans n’a plus à affronter le risque législatif. Les partis n’ont plus la charge de préparer et de remporter les élections, comme par exemple en 1967, 1973, 1978, 1986 ou 1993. Depuis 2002, ils se contentent de s’aligner sur le résultat présidentiel. Leur seul choix est de soutenir ou de combattre des projets dont ils prennent connaissance souvent par la presse ou par le net. C’est le degré zéro de la démocratie parlementaire. Et s’il y avait encore le moindre doute, les initiatives récentes de l’Exécutif de « nommer les représentants du peuple » par tirage au sort ou d’introduire, entre le texte de l’Assemblée Nationale et la saisine du Sénat, une commission d’experts choisis par le Pouvoir, balayent les dernières illusions.

Le système est préoccupant : plus de 40 millions d’électeurs et un seul Président. C’est simple, mais cela ne marche plus vraiment. La France manque de médiation. Le Parlement ne joue plus ce rôle et c’est une France désordonnée qui se fait entendre par toutes sortes de voies, des gilets jaunes aux bonnets rouges, des sondages aux réseaux sociaux.

Pour rétablir cette médiation, il faut dissocier l’Exécutif et le Législatif. Il n’y a, en effet, que deux solutions, faute de revenir au septennat, soit ramener à quatre années le mandat législatif, soit introduire une large proportionnelle. Ce scrutin ayant le mérite de restituer la diversité française, et donc le devoir d’en tenir compte. Car il faut toujours trouver une synthèse. C’est le rôle du Premier Ministre : être celui qui fait fonctionner une majorité sous le regard attentif du Président, fort de son pouvoir institutionnel mais tenu de respecter l’opinion de tous les Français, qui ne se limite pas à ses seuls partisans du premier tour de la Présidentielle.

Ouvrir ce débat a le mérite d’éclairer l’opinion française sur les faiblesses d’un régime politique en apparence fort qui s’épuise cependant dans l’action faute de s’appuyer sur l’interlocuteur responsable des démocraties modernes : un Parlement autonome, loyal à ses électeurs sans être dépendant de l’exécutif. Or, le mode de scrutin est structurant de cette relation.

Consulter l’article entier sur le site : https://www.lejdd.fr/Politique/gerard-longuet-lr-et-andre-vallini-ps-signent-un-plaidoyer-au-jdd-pour-la-proportionnelle-4026556

Lire plus
X