15 juin, 2024

Hommage à François LÉOTARD

Au-delà des responsabilités politiques qui ont fait de lui, pendant 20 ans, de 1978 à 1998, le porte-parole des générations les plus entreprenantes parmi les « baby-boomers » – aujourd’hui gentiment moqués – François LÉOTARD était d’abord et avant tout, un être d’une richesse humaine et d’un charisme profond.

L’ayant connu à l’ENA où il détonnait par son allure sportive, son ouverture d’esprit et son sens du dialogue, nous avions sympathisé. Élus tous les deux Députés giscardiens en 1978, lui triomphait dans le Var, d’une blessure secrète : l’injustice endurée par son père au lendemain de la tragédie de Malpasset en 1959.

La défaite de 1981 nous avait conduits, à quelques-uns, à former une équipe décidée à reconstruire la famille libérale, européenne, girondine et d’abord partisane de la libre entreprise. François devint vite notre porte-parole et le restera jusqu’en 1998. Cependant l’échec d’Edouard BALLADUR en 1995 – notre candidat – et les alliances malheureuses aux Régionales de 1998 l’éloignèrent définitivement de l’engagement politique actif.

Bien avant beaucoup d’autres, il avait eu raison en soutenant les dissidents de l’Union Soviétique et en défendant, sans aucun sectarisme, les Droits de l’Homme partout où ils étaient bafoués. Sa culture profonde lui permettait d’être toujours actuel sans jamais chercher à être à la mode. Son indépendance d’esprit et son détachement de tous les grigris du pouvoir l’ont éloigné, jeune encore, des combats politiques pour lesquels j’avais soutenu son talent ; je suis fier d’avoir été son lointain successeur à l’Hôtel de Brienne, en 2011.

L’homme était resté, pour moi, un ami dont je ne partageais pas nécessairement les impatiences ou les sévérités mais qui était capable, à tout instant, de donner de la profondeur à l’actualité ou du recul aux impatiences de son époque. Valeureux, désintéressé, amical mais secret et souvent pessimiste, parfois ombrageux, il était parfaitement irremplaçable et reste donc une personnalité exceptionnelle.

Gérard LONGUET – Le 25 Avril 2023.

1993 - Gérard LONGUET et François LÉOTARD
X