29. août 2014 · Commentaires fermés sur Hollande fera la proportionnelle · Catégories: Actu

 

Gérard Longuet. Crédits photo : WITT/SIPA/SIPA 

INTERVIEW – Gérard Longuet, qui sera candidat à la présidence du groupe UMP du Sénat après le renouvellement de septembre, estime que le président de la République n’optera pas pour la dissolution avant d’avoir changé le mode d’élection des députés.

LE FIGARO – Manuel Valls a-t-il la majorité de sa politique?

GÉRARD LONGUET – Apparemment, non. L’orientation sociale-libérale qu’il a affichée, et qui est conforme à ses idées d’origine, n’est pas compatible avec ce qui constitue aujourd’hui la majorité de l’Assemblée nationale. L’épreuve de force ne sera sans doute pas immédiate, mais elle est inévitable.

Pourquoi pas immédiate?

D’abord, parce qu’il n’y a pas actuellement d’alternative à gauche à Manuel Valls. La seule qui me paraisse susceptible d’en incarner une, c’est Martine Aubry, mais sa sensibilité n’est pas majoritaire dans le groupe socialiste, même si elle y rencontre un écho important. Ensuite, parce que je suis convaincu que François Hollande  ne se mettra pas en situation de devoir affronter des législatives sans avoir au préalable changé le mode de scrutin  en instaurant une très large proportionnelle. C’est le seul moyen, pour lui, de sauver un maximum de députés PS sortants de la débâcle, de chasser les frondeurs en constituant lui-même des listes avec des candidats qui lui auront fait allégeance, tout en se donnant la possibilité d’une ouverture au centre.

Vous croyez donc que la crise actuelle peut déboucher sur une recomposition du paysage politique?

Si ce scénario se réalisait, on passerait d’un régime présidentiel à un régime parlementaire où le premier ministre aurait pour mission de rassembler une alliance improbable, puisqu’il y aurait à la fois une extrême droite forte, une gauche divisée et des modérés soucieux de leur cohérence qui n’accepteraient sûrement pas de jouer les roues de secours. L’incertitude deviendrait la règle. Nous devons tout faire pour l’éviter alors que le courage des réformes exige la clarté.

Concrètement, comment la droite peut-elle peser sur les événements?

En récusant un système qui priverait l’électeur de son droit et de son devoir de choisir une majorité. Nous devons nous battre pour le maintien du scrutin majoritaire, avec un deuxième tour qui ne se jouerait qu’entre les deux candidats arrivés en tête au premier tour. Ce sont les triangulaires qui donnent au FN son rôle d’arbitre! Bien sûr, cela suppose que la droite et le centre s’entendent dès le premier tour des législatives comme lors de la présidentielle.

Si le Sénat basculait à droite en septembre, le scénario de la dissolution pourrait-il s’accélérer?

Juridiquement non, mais une victoire obligerait la nouvelle majorité sénatoriale à jouer un rôle de proposition et à montrer qu’une alternance constructive est possible. C’est la raison de ma candidature à la présidence du groupe UMP au Sénat.

Peut-on refuser de gouverner quand on gagne des législatives?

Une victoire de la droite placerait François Hollande seul face à ses responsabilités, puisque c’est lui qui en serait à l’origine. J’estime qu’anticiper la fin de son mandat ne serait une tragédie ni pour lui ni pour le pays. Cela accélérerait la clarification nécessaire.

En 1997, lors de la victoire de la gauche aux législatives, Jacques Chirac est resté à l’Élysée…

Oui, et ce fut un précédent fâcheux.

  • Par Judith Waintraub
  • Publié 

http://www.lefigaro.fr/politique/2014/08/28/01002-20140828ARTFIG00295-gerard-longuet-hollande-veut-la-proportionnelle.php

 

 

Be Sociable, Share!

Commentaires fermés.