20. avril 2020 · Commentaires fermés sur Pour une sortie plus inventive et plus humaine du confinement des moins jeunes · Catégories: Actu

Préconiser le confinement des personnes âgées jusqu’à la fin de l’année, comme l’a fait la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, il y a quelques jours est une perspective désespérante. Conditionner la fin de cette situation à la mise au point et à la commercialisation d’un vaccin est tout aussi déprimant car, même si la mobilisation des chercheurs pour y parvenir est exceptionnelle, cela prendra encore de nombreux mois. 

Mais surtout, c’est aller un peu vite dans l’analyse de la situation actuelle de l’épidémie du Covid-19. Certes, les personnes âgées sont les plus touchées par les manifestations les plus graves de l’épidémie et l’on sait que 75% des personnes décédées font partie de la classe d’âge des plus de 75 ans. Mais deux chiffres doivent aussi attirer l’attention.

Le premier est que 84% des personnes décédées présentaient des comorbidités : maladies cardiovasculaires, diabète, pathologies pulmonaires… Ce constat, de mieux en mieux documenté, permet d’isoler les groupes de population réellement à risques. Fort heureusement, toutes les personnes âgées n’entrent pas dans ces catégories, certaines sont en forme et très actives, rendent de grands services à l’économie, s’investissent dans le bénévolat associatif, ont un rôle majeur dans la solidarité intergénérationnelle.

Le second est que 38% des personnes entrées en réanimation ont entre 45 et 64 ans. Autrement dit, les personnes actives qui seront les premières à sortir du confinement pour, à raison, redonner vie à notre économie ne seront pas les moins épargnées par la poursuite de l’épidémie. Faut-il dès lors imposer un strict confinement aux seules personnes âgées ?

Comme le dit très bien l’Académie nationale de médecine, « la tentation simplificatrice consistant à gérer [la sortie de crise] par tranches d’âge et à imposer aux personnes âgées, au nom de leur propre protection, de rester confinées n’est pas satisfaisante ». Sans parler de la difficulté à définir la notion de personne âgée : plus de 65 ans, 70 ans, 75 ans ? 

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant de voir les prises de position et protestations inquiètes des seniors se multiplier. Par le refus d’un confinement maintenu pour les seules personnes âgées, ils souhaitent non seulement défendre leur droit à l’activité et au bien-être mais également insister sur les conséquences potentiellement désastreuses, notamment sur un plan sanitaire, d’une solitude prolongée.

La bonne solution est un appel à la prudence et à la responsabilité de chacun. Les personnes âgées doivent, comme les autres, respecter les gestes barrière et le reste de la population doit adopter une attitude particulièrement attentive à leur égard, notamment grâce au port d’un masque dans tous les lieux possibles de rencontre.

Mais c’est surtout dans le colloque singulier du patient avec son médecin que la décision d’une prolongation éventuelle du confinement doit être prise. Beaucoup de spécialistes le disent, le seul critère finalement valable est celui des fragilités cliniques individuelles.

Faisons confiance au bon sens et à la responsabilité des moins jeunes parmi nous. Gageons qu’ils sauront s’appuyer sur les conseils avisés des personnels soignants dont nous mesurons tous les jours la compétence et le dévouement auprès de nos concitoyens.

Be Sociable, Share!

Commentaires fermés.