05. février 2017 · Commentaires fermés sur Indispensable · Catégories: Actu

Dans cette épreuve que nous impose le procès médiatique instruit contre François Fillon, candidat plébiscité de la droite et du centre, il convient de garder son sang froid. Certes l’élection est proche, mais les hommes et les programmes sont connus, tout est encore naturellement possible.
Ce qui doit être compris d’abord et avant tout est simple et fort, la candidature de François Fillon est indispensable. Par son projet d’abord, celui qui a fédéré les premiers soutiens et auquel se s’est ralliée la majorité de la droite et du centre. La France en effet a d’abord besoin de courage dans le diagnostic et de courage dans les solutions. Je sais que ce projet n’est pas majoritaire dans l’opinion, mais il représente la première et la seule force politique rassemblée autour d’une volonté affirmée et construite. La deuxième raison repose sur la dignité. Sur ce terrain, revenons aux faits. Pendant 5 ans François Hollande n’a pas eu le cynisme de feu François Mitterand ni d’ailleurs son brio ou sa culture, mais il n’a pas élevé la fonction présidentielle. Lorsqu’il parle de dignité et de probité, j’estime que François Fillon vise expressément les comportements excessifs qui font parfois sourire les Français, souvent les irritent et les découragent sur la capacité de la classe politique.

Plus »

27. janvier 2017 · Commentaires fermés sur BFM TV 26/01 · Catégories: Actu

Retrouvez mon ITW du jeudi 26/01 sur BFM TV

27. janvier 2017 · Commentaires fermés sur Voyage à Berlin : ce que projette François Fillon pour renouveler la relation franco-allemande · Catégories: Actu

Article en ligne sur Atlantico.fr

Atlantico : Ce lundi, François Fillon est en visite à Berlin pour rencontrer la chancelière Angela Merkel. Comment le candidat LR à la présidentielle conçoit-il la relation que la France doit entretenir avec l’Allemagne ? Que souhaite-t-il obtenir de notre voisin outre-Rhin ?

Gérard Longuet : Il convient de distinguer deux niveaux dans la relation entre François Fillon et Angela Merkel. Tout d’abord, il convient de considérer la relation personnelle. Celle-ci s’est formée dans l’exercice des responsabilités et au sein du PPE. En effet, nous sommes membres de la même formation et il est donc arrivé à François Fillon de rencontrer Madame Merkel dans ce cadre du PPE. Le deuxième niveau de réflexion est différent : François Fillon se revendique du gaullisme. Dans cet héritage, on retrouve la réconciliation allemande, spectaculairement initiée par le général de Gaulle et le chancelier Adenauer en 1963.

A cette époque, un tel rapprochement n’était pas si facile pour les Allemands, en raison de la Guerre froide, de la menace soviétique, etc. qui les conduisaient à être proches des Américains. Le traité de l’Elysée se voulait donc être un traité de rapprochement franco-allemand d’affichage européen, et implicitement, de responsabilité face aux Etats-Unis. Cela tombe plutôt bien compte tenu des deux niveaux que je viens d’évoquer. D’une part, il y a un problème politique en Europe qui concerne le PPE, et ce depuis le départ du Royaume-Uni à la demande d’un candidat conservateur. La reconstruction européenne repose désormais sur le centre-droit dont manifestement Angela Merkel et François Fillon sont les deux porte-paroles les plus illustres en Europe. D’autre part, l’élection de Donald Trump nécessite assurément pour l’Europe d’afficher un projet politique de moyen terme, en tenant compte des quatre prochaines années, mais aussi du Brexit.

Cette rencontre est donc très importante : il y a à la fois une coordination politique et une coopération binationale dont j’ai toujours pensé qu’elle était au cœur de la construction européenne dans l’héritage de Robert Schuman.

Quels sont les principaux points de désaccords entre François Fillon et Angela Merkel ? Dans quelles mesure certains événements récents, comme l’attentat de Berlin ou l’élection de Donald Trump, peuvent-ils atténuer ou accentuer ces désaccords ?

Je ne pense pas qu’il y ait de désaccords. En revanche, il peut y avoir deux doutes. Le premier est un doute allemand quant à la capacité de la France à s’engager dans les réformes nécessaires pour satisfaire durablement aux critères de la monnaie commune. Sur le fond, les intentions de François Fillon sont claires ; il s’est d’ailleurs expliqué de son vote négatif sur le traité de Maastricht. Par ailleurs, il a demandé – et je pense qu’il le demandera à Madame Merkel – que l’Europe soit aussi un gouvernement politique de l’euro à 17. Cette attitude intéresse les Allemands, tout en les interpellant. Elle les intéresse dans la mesure où cela crédibilise la monnaie unique auxquels les Allemands – pour beaucoup d’entre eux – se sont résignés, et dont ils veulent une stabilité de fonctionnement. Dans le même temps, les Allemands ont peur qu’un gouvernement politique de l’euro les isole des pays de l’Est qui n’ont pas encore fait le choix de la monnaie unique comme la Pologne par exemple. Or les Allemands ont absolument besoin de ces pays, qu’ils souhaitent arrimer à la construction européenne. Voilà un premier point qu’il faut clarifier entre François Fillon et Angela Merkel : comment gouverne-t-on l’euro ? Et est-ce que cette gouvernance aboutirait à une Europe à deux vitesses ?

Le deuxième sujet qui pourrait susciter des doutes est le réalisme dans la lutte contre le terrorisme. Assez naturellement, l’Allemagne regarde davantage vers l’Est (pays baltes, Ukraine, Balkans) par rapport à la France. De notre côté, notre regard est surtout orienté en direction de l’Afrique. Entre les deux, le véritable problème, celui qui a provoqué un exode massif de populations, réside d’une part dans la volonté de la Turquie face à la guerre civile syrienne et irakienne, et d’autre part dans la déstabilisation libyenne. Cette dernière conduit le pays à être la terre de tous les passeurs les plus actifs et scandaleux.

Sur les origines du problème, je crois que le diagnostic est partagé entre François Fillon et Madame Merkel. Toutefois, l’expression en est différente, notamment parce que l’Allemagne a été elle-même frappée par l’exode massif de populations en provenance de l’Est européen en 1945. Elle considère donc qu’elle a les moyens matériels d’apporter une réponse matérielle à des populations en difficulté. Nous Français, nous sommes tout à fait prêts à aider ces populations, mais chez elles, en contribuant au retour à la paix. De ce point de vue, François Fillon est certainement plus réaliste que d’autres puisque l’évolution en Syrie montre qu’une forme de cessez-le-feu a l’air d’être possible. Madame Merkel sera sans doute intéressée par l’analyse de François Fillon sur la Libye et sur la Syrie.

Cependant, l’un et l’autre vont se poser la question de l’attitude vis-à-vis de la Russie. En effet, cette dernière est un acteur important dans les Balkans à travers la Serbie ; dans les pays baltes à travers les attitudes parfois encombrantes de la Russie. La solution diplomatique de l’affaire de Crimée pose un problème de principes, qui doivent être respectés, y compris par les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies dont la Russie fait partie.

Conduite de la politique de l’euro, attitude européenne face aux crises qui l’entourent –  incarnées notamment par Vladimir Poutine et Donald Trump –, sans oublier le Brexit : voici donc l’ordre du jour, extrêmement dense, qui attend François Fillon et Madame Merkel.

Dans une interview accordée au Monde ce dimanche, François Fillon a proposé « une alliance européenne de défense ». Comment Angela Merkel pourrait-elle réagir à cette proposition ?

L’Europe de la défense passe par le préalable suivant : une autorité politique européenne acceptée par les grands Etats membres (France, Allemagne, Italie, Espagne, Pologne etc.). Il n’y a donc pas de défense s’il n’y  a pas de projet politique. Mettre en œuvre un gouvernement politique à 26 est une tâche compliquée. A 17 en revanche, cela me paraît davantage réalisable. L’Europe de la défense n’existera que le jour où les grands pays continentaux se sentiront engagés par des décisions politiques prises en commun. Aujourd’hui, cela n’est pas le cas. Ils sont engagés dans ce système complexe de la construction européenne, par un compromis permanent entre le Parlement, la Commission, le Conseil des ministres – avec des capacités de blocage qui peuvent parfois aboutir à des situations extrêmes comme lorsque la  Wallonie avait décidé de bloquer l’accord entre l’UE et le Canada.

16. décembre 2016 · Commentaires fermés sur Séance publique du 15 décembre 2016 – Questions d’actualité au Gouvernement · Catégories: Actu, En séance à Paris

05. décembre 2016 · Commentaires fermés sur Dimanche en Politique – Dimanche 4 décembre · Catégories: Actu


Dimanche en politique en régions

03. décembre 2016 · Commentaires fermés sur Dimanche 4 décembre : Gérard Longuet est l’invité de Dimanche en Politique Grand Est · Catégories: Actu

Dimanche 4 décembre : Gérard Longuet est l’invité de Dimanche en Politique Grand Est

Débattre, questionner, décrypter : chaque semaine dans Dimanche en Politique, la rédaction de France 3 Lorraine reçoit élus et acteurs de la politique régionale, et donne la parole aux citoyens via ses réseaux sociaux.

  • Par Corinne Gast
  • Publié le , mis à jour le
Gérard Longuet, sénateur Les Républicains de la Meuse et ancien ministre © IP3 PRESS / MAXPPP

© IP3 PRESS / MAXPPP

Gérard Longuet, sénateur Les Républicains de la Meuse et ancien ministre est l’invité de Dimanche en Politique.

Soutien de la première heure de François Fillon, Gérard Longuet reviendra notamment sur les résultats des primaires de la droite et du centre. Il nous dira comment, après ces primaires, peut s’organiser le rassemblement et comment va se préparer la campagne pour l’élection présidentielle et quel rôle lui-même entend jouer dans les prochains mois.

Une émission à l’échelle du Grand Est qui posera aussi la question de l’éventuelle remise en cause de la réforme territoriale dans le programme défendu par le vainqueur de la primaire.

Faut-il revenir sur la fusion des régions comme l’a laissé entendre François Fillon ?

Réagissez sur facebook avec #DEPGrandEst

Voir la bande annonce

Dimanche en Politique Grand Est avec Gérard LONGUET
21. novembre 2016 · Commentaires fermés sur La première place de François Fillon lors du premier tour de la primaire de la droite est une bonne nouvelle · Catégories: Actu


Invité : Gérard Longuet – Territoires d’infos… par publicsenat

18. novembre 2016 · Commentaires fermés sur Primaire ouverte de la Droite et du Centre · Catégories: Actu

Primaire Ouverte de la droite et du centre

Les 20 et 27 novembre 2016, voter, c’est simple

 

QUI ?

Tout le monde, il suffit d’être inscrit sur les listes électorales et de signer le jour du vote la phrase : « Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France ».

 

QUAND ?

Les dimanches 20 et 27 novembre de 8h à 19h

 

COMMENT ?

Une participation vous sera demandée : 2 € (pensez à faire l’appoint !)

Vous devrez présenter uniquement une pièce d’identité

 

OU ?

Chaque électeur est rattaché à un bureau de vote, trouvez le vôtre en un clic

www.monbureau.primaire2016.org

ou 0 821 20 2016

 

VOTER, C’EST SIMPLE !

Je compte sur votre mobilisation et votre participation

 

EN MEUSE (pensez à vérifier au préalable ; votre bureau pour la primaire n’est pas forcément votre bureau de vote habituel) :

 

Ancerville    Mairie

Bar le Duc    Centre Social Ville Haute (entrée rue Albert Cim)

Centre Social de la Libération (rue du Chanoine Monflier)

Clermont     Mairie

Commercy   Salle des Roises

Salle Jean Lanois (19 rue Foch)

Charny              Mairie

Consenvoye       Mairie

Damvillers          CODECOM

Dun                  Mairie

Etain                 Salle Perquin (derrière la Mairie)
Fresnes             Maison des Services (CODECOM)

Gondrecourt       Mairie

Ligny                Maison des Associations (10 bis rue des Hirondelles)

Montiers            Mairie

Montmédy         Mairie

Pierrefitte           Mairie

Revigny             Maison Dargent (avenue du Général Leclerc)

Saint Mihiel         Salle Jean Bérain (rue du Palais de Justice)

Sampigny           Mairie

Seuil d’Argonne   Mairie

Souilly               Salle Communale de la Mairie

Spincourt           CODECOM

Stenay              Bibliothèque Municipale (Résidence Vauban)

Thierville            Salle 126 Goubet (en face de la Mairie)

Tréveray            Mairie

Varennes           Mairie

Vaubécourt        Mairie

Vaucouleurs       Salle des Promenades au Stade

Vavincourt                  Salle de la Jeunesse (rue des Jardins)

Verdun              Hôtel des Sociétés

Centre Social des Planchettes

Centre Social d’Anthouard

Vigneulles          Mairie

Void                  Mairie

 

Les 20 et 27 novembre 2016, choisissez votre candidat pour l’alternance !

03. novembre 2016 · Commentaires fermés sur Le 20 novembre, allons voter ! · Catégories: Actu

Chers Amis,

Les 20 et 27 novembre, tous les électeurs qui espèrent pour mai 2017 un Président de la République du Centre ou de la Droite, pourront choisir leur candidat en allant voter ces deux dimanches.

Rien de plus simple : selon votre résidence, vous êtes redirigé vers un bureau de vote prévu à cet effet. Ce bureau vous est indiqué en donnant votre adresse mais pas votre nom, par le site « Primaire de la Droite et du Centre » (www.primaire2016.org). Le 20, vous venez entre 8h et 19h avec votre carte d’identité et 2€.

C’est donc bien vous qui choisirez votre candidat.

A titre personnel, et je tenais à vous le dire, je voterai pour François Fillon. Pour ses convictions claires et son comportement responsable. Premier Ministre, il a dit la vérité sur la réalité de notre pays, un Etat en faillite et depuis trop longtemps.

Plus »

26. octobre 2016 · Commentaires fermés sur La légende de Saint-Nicolas · Catégories: Non classé

Le Conseil d’état va-t-il être bientôt saisi, en tous cas avant le 6 décembre prochain, du droit de St Nicolas à parcourir les rues des villes de l’est français et en particulier d’Alsace et de Lorraine. Depuis plus de dix siècles, il protège nos régions et surtout protège les enfants auxquels il distribue, pour les plus sages d’entre eux, des friandises. Mais c’est d’abord un Saint, dont l’autorité morale procède de sa béatification, reconnaissance qui n’appartient qu’à la chrétienté !
Allons-nous, au nom de la neutralité qu’exige désormais la diversité française, devoir renoncer à un personnage emblématique, que l’économie anglo-saxonne a laïcisé en Père Noël !
La bien pensante serait donc : oui au Coca cola et sa créature le Père Noël, non à la récompense si elle emprunte à la tradition !
Il est vrai que l’évêque de Myrrhe aggrave son cas : non seulement il nous rappelle que l’Asie mineure était chrétienne avant que les Ottomans ne s’en emparent par la force mais il est accompagné, toujours dans la tradition du père Fouettard. Personnage désormais inacceptable résumant à lui seul tout ce qu’un pédagogue éclairé doit refuser, violence sadique, punition des fautes, machisme sous-jacent, et complicité coupable avec le goupillon. Trêve de plaisanterie, laissons toutes critiques s’exprimer dès lors que les cortèges d’enfants enthousiastes et de parents attendris continuent de communier (hé oui !) dans un même bonheur de partager les mêmes convictions, récompenser le bien, stigmatiser le mal, chacun trouvant sans psy son point d’équilibre et la juste mesure du respect mutuel. On est comme cela dans l’est et bien au-delà d’ailleurs.